Le Lycée
Cliquer sur l'image
voeux_lycee.jpg
9, rue Léo Lagrange
62590 Oignies
03 21 08 64 80
.

 de
 

Culture Buzz

IHeartCulture.jpg

Logo_eeduc_pop.jpg

Resto d'Application
Relations Ecoles/Entreprises
Lycée des métiers
logosenez.jpeg    logodarchicourt.jpeg
        Lycée Senez      Lycée Darchicourt
Hénin Beaumont
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.lyceeoignies.fr/data/fr-articles.xml

 

Oignies: un jour, ils ont «décroché» du système scolaire mais on leur a remis le pied à l’étrier

PUBLIÉ LE 

PAR HERVÉ NAUDOT

L’échec scolaire prend de multiples formes. Dans sa version ultime, les élèves quittent le lycée et disparaissent des radars de l’Éducation nationale. Au lycée Joliot-Curie d’Oignies, une plate-forme existe pour remettre ces jeunes à flot. Ils ont témoigné de leur « renaissance », mardi après-midi.

Après des parcours personnels et scolaires chaotiques, Alexandre et Angélique ont retrouvé le sourire.

Angélique n’a que 19 ans mais donne l’impression d’en être à sa deuxième vie. Scolarisée jusqu’en juin 2013 au lycée Pasteur d’Hénin-Beaumont, la jeune fille a tout plaqué à la suite de difficultés familiales. « Un jour j’ai pris mon sac, direction la Drôme où mon frère habitait. Il m’a hébergée dans un premier temps et j’ai commencé par faire les vendanges, puis quelques contrats dans la restauration. J’avais un loyer de 400 euros que je ne pouvais plus assumer. »

Six mois de petits boulots, de galères, et de non-scolarisation. Contrainte de revenir en début d’année dans le bassin minier, elle est contactée par la plate-forme de décrochage scolaire oigninoise. C’est à ce moment qu’elle entend parler de l’EPIDE, un établissement public d’insertion avec des règles de disciplines très strictes : marche au pas et port de l’uniforme obligatoire (lire encadré ci-dessous). Pas de quoi effrayer la jeune fille qui, au terme d’un parcours chaotique, avait besoin d’un cadre : « Je voulais un endroit structuré, avec de la discipline et un contrat : ici, par exemple, au bout de trois notes d’observation, on passe en conseil de discipline. Depuis mon arrivée à l’EPIDE, j’ai pu définir un projet professionnel : je vais suivre une formation en médico-social pendant huit mois à partir de septembre. D’ici là, je cherche un stage. J’attends une réponse de l’IME Meilliez d’Hénin-Beaumont. »

Alexandre, lui, a déserté l’école avant de passer son CAP en métallurgie. Un peu perdu, il a tenté de trouver du boulot « vite fait. Quand on m’a parlé de l’EPIDE, je me suis dit que ça pourrait me convenir. Ici, personne n’est rejeté comme ça peut être le cas au lycée. On se parle tous. Le fait qu’on ait tous le même uniforme joue beaucoup ». Alexandre prend des cours de code. Il veut passer son permis pour pouvoir bosser dans l’entreprise de BTP avec son frère. En revanche, la structure et sa discipline rigoureuse ne conviennent pas à tout le monde. « Dans notre section, on était trente au départ, et on n’est plus que dix-huit aujourd’hui, expliquent les deux jeunes. Ce n’est pas la prison. Chacun est libre de partir après un essai si ça ne lui convient pas. »

 

La plate-forme reconduite à Joliot-Curie

Le lycée Joliot-Curie d’Oignies héberge l’une des seize plates-formes de lutte contre le décrochage scolaire de la région. Son objectif : repérer les jeunes en situation de décrochage, les aider à identifier toutes les solutions d’insertion et de formation au niveau local. « On a gagné en efficacité grâce à des partenariats renforcés, et la plate-forme d’Oignies sera encore présente à la rentrée de septembre », assure Marc Telliez, proviseur du lycée Joliot-Curie et animateur de la plate-forme.

Par décrochage scolaire, il faut comprendre à la fois les élèves de 16ans et plus qui sortent de leur cursus scolaire sans avoir obtenu de diplôme, mais aussi les élèves qui ont entamé une formation et l’ont abandonnée en cours de route et dont on a, le plus souvent, perdu la trace. À chaque rentrée, une liste des décrocheurs scolaires est établie par l’Éducation nationale, et charge revient à la plate-forme de suivi et d’appui aux décrocheurs scolaires, née en 2011, d’entrer en contact avec ces jeunes sortis du rail.

On recense quelque 1600 décrocheurs sur l’ensemble du bassin minier (ils seraient 4800 dans le Pas-de-Calais.)

Contact plate-forme de suivi et d’appui des décrocheurs : 06 34 27 58 78.


Date de création : 21/08/2014 @ 11:13
Dernière modification : 21/08/2014 @ 11:13
Catégorie : Archives - Année scolaire 2013/2014
Page lue 2512 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Visites

 543800 visiteurs

 9 visiteurs en ligne

Accédez à :
PRONOTE.jpg

Ecole-Entreprise

Ouverture d'une Section
ELECTROTECHNIQUE
en Apprentissage
(expérimentation nationale)

Cliquer ICI
electro2.png

Voir la plaquette de présentation
du projet


------------


Accéder au site

"Clubster Ecole-Entreprise"

bandeau_2014.png

E.N.T.

Accédez à votre Espace Numérique de Travail


logo_ENT.png

Taxe d'apprentissage

images.jpeg

GRETA

greta_gip.png

Calendrier :

formation  DEAES

Emploi du temps :  

DEAES Septembre Version 3

Présentation du Lycée
Archives